Accueil > Documents non rubriqués

L'Action parentale dans l'apprentissage de la lecture de l'enfant

Temps de lecture : 9 minutes

Comment les parents aident-ils leur enfant à s'approprier la lecture ? Résultat d'une recherche.

Cette recherche a été financée par l'Unapec.
Pour plus d'informations sur la Mission recherche

Problématique :
Comment les parents aident-ils leur enfant à s'approprier l'acte lexique ?

Résumé :
L'apprentissage de la lecture est un des fondements qui légitime l'école primaire, où l'enfant dès ses 6 ans apprend à lire de façon formelle. Or, bon nombre d'observateurs (enseignants, parents, éducateurs, chercheurs) se rendent compte que, bien avant son entrée en cours préparatoire, il a plus ou moins engrangé des connaissances qui le confortent peu ou prou dans ses débuts d'acquisition du code écrit. En outre, tout au long de la petite enfance, il se construit, implicitement ou explicitement, des habiletés de signification du langage écrit qui lui seront utiles lors de la formalisation de son apprentissage. Loin des méthodes de lecture, dans le giron familial, des actions (gestes de médiation) plus ou moins efficaces sont mises en place par les parents eux-mêmes. Cette présente étude cherche à mettre en évidence les conditions d'élaboration de l'acte lexique que les parents organisent pour leur enfant. La description des huit gestes : - la construction du lien école-famille, - la construction du lien entre apprentissage de l'acte lexique et le vécu scriptural et lectoral de la famille, - la stimulation du désir d'apprendre, - l'aménagement du temps pour la triade parent-enfant-livre, - le dialogue parent-enfant, - la maîtrise des habiletés lectorales, - la trame axiologique donnée au sens de l'acte lexique. constitue la grille de recherche. Les trois grandes tendances (conformiste, entrepreneur, précurseur) qui se retrouvent indépendamment chez chacune des familles donnent un premier éclairage sur les pratiques éducatives en matière d'apprentissage de la lecture. Les médiations possibles apportées par chacune d'entre elles donnent une autre perspective. C'est en passant une épreuve d'évaluation de la compétence de l'acte lexique auprès de 227 enfants, qu'il a été possible de sélectionner des enfants ayant très bien réussi (au-dessus de l'écart-type) et d'autres ayant échoué (au-dessous de l'écart-type). Ainsi une cinquantaine de familles issues des deux groupes d'enfants a pu être rencontrée. Chacune a dévoilé ses pratiques lectorales et scripturales ainsi que ses pratiques éducatives en matière d'apprentissage. Loin du discours macro-sociologique, dans le discours familial des pratiques sont à l'œuvre qui prennent plus ou moins en compte ces gestes de médiation. C'est ainsi qu'une large part est faite à l'analyse du discours de chaque famille quelle que soit sa tendance (conformiste, entrepreneur, précurseur). Toute cette étude met en évidence l'existence d'un lien entre réussite de l'apprentissage lexique et contexte familial. Les différentes remarques ci-après, sont en quelque sorte, les conclusions qui font nettement ressortir le fait qu'en matière d'apprentissage de la lecture, il est indispensable que l'école soit attentive aux représentations, et aux pratiques lectorales et éducatives de la famille, premier lieu de médiation des apprentissages.

1. La construction des liens avec l'acte lexique dépend des vécus.

2. La participation de la famille dépend de ses représentations.

3. L'appropriation du code et du sens de l'acte lexique dépend du degré émotionnel du contexte familial.

4. Du statut affectif et cognitif de l'enfant dans sa famille, dépend sa réussite.

5. La réussite dépend du respect de la filiation historique de l'enfant et du vécu " lectoral " de la famille.

6. Le cadre socio-économique de la famille n'est pas un indice essentiel favorisant l'appropriation de l'acte lexique.

7. Etre enfant d'enseignant favorise l'accès à la connaissance et au maniement de l'acte lexique.

8. La réussite dépend de l'habitus culturel familial. On remarque aussi que lorsque la médiation parentale est porteuse d'un projet de sens congru avec l'acte lexique, il y a réussite de l'enfant. De ce fait, il est essentiel que l'école prenne en compte l'univers familial, non seulement comme partenaire possible mais comme médiateur de savoir et de savoir-faire. Au triangle pédagogique Savoir-Enseignant-Enfant, il faut y inclure un quatrième pôle trop longtemps absent de la sphère scolaire : la famille. Avec son Ethos et son propre rapport au savoir, elle forme bien ce quatrième pôle de la relation éducative. On ne peut la soustraire, dans la mesure où l'apprenant vit à l'école avec sa propre référence culturelle qui, le plus souvent, est en lien, notamment pour les plus jeunes, avec son vécu familial. On imagine donc un nouveau modèle théorique, où la famille trouve sa juste place dans les relations pédago-éducatives. L'école, avec tous ses partenaires culturels, doit se positionner clairement pour que la famille, berceau d'éveil de l'enfant, puisse avoir une place réellement définie. L'apprentissage de la lecture et, qui plus est, celui de l'acte lexique tel que nous l'avons défini, ne sont pas une fin en soi. Lire et savoir lire permet à l'homme moderne de communiquer par delà le temps et l'espace. Au fur et à mesure des écrits qu'il rencontre et de sa volonté d'accroître son champ de connaissance, la lecture petit à petit engage l'enfant dans une réflexion sur lui-même et sur le monde. L'enfant, déchiffreur de signes et défricheur de sens est spontanément en appétit de connaissances. Il doit trouver des passeurs qui lui permettront de quitter son statut d'infans. Pour cela, il est nécessaire d'abandonner le débat stérile opposant les défenseurs de telle ou telle méthode d'apprentissage. Il est plutôt souhaitable de mettre tout en œuvre pour que le parent, avant même que son enfant ne franchisse les portes du cours préparatoire, devienne un médiateur possédant les moyens de faire émerger la conscience de l'acte lexique chez son propre enfant.


Cette recherche est consultable au Centre de ressources documentaires de Formiris