Accueil > Littérature jeunesse

Le permis d'être un enfant

Temps de lecture : 8 minutes
Le permis d'être un enfant

 

Littérature de jeunesse : Le permis d’être un enfant

Un album jeunesse qui s’adresse aux élèves de la GS au cycle 2.

Auteur : Martin Page Illustrateur : Ronan Badel

Editions : Gallimard jeunesse ; Publication : 2019

Thématique :

- confiance en soi

- humour

- préjugés

- enfance

Résumé de l’ouvrage

Astor est un enfant rêveur, qui aime dessiner ses légumes préférés dans son carnet. Un jour, il est convoqué par la Commission de l'enfance: il ne fait pas un enfant très convaincant et risque de perdre son permis. À moins de passer une série d'examens... Test des bonbons, test du ballon ou des chatouilles, Astor se plie aux épreuves imposées par la Commission... sans grand succès.
Un regard piquant sur les étiquettes que l'on colle à nos enfants.

 

Source : Babélio

Présentation de l’auteur

Martin PAGE : Né en 1975, Martin Page passe sa jeunesse en banlieue sud de Paris. Étudiant dilettante, il ne fait que des premières années : il étudie le droit, la sociologie, la linguistique, la psychologie, la philosophie, l’histoire de l’art et l’anthropologie. Romancier depuis 2001 (livres publiés au Dilettante et aux éditions de l'Olivier), il écrit aussi pour la jeunesse. Il est l'auteur d'un livre sur la pluie. Ses livres sont traduits dans une quinzaine de pays. Avec Thomas B. Reverdy il a édité Collection irraisonnée de préfaces à des livres fétiches aux éditions Intervalles. Il a été lauréat d'une bourse de l'Académie Schloss Solitude.

Source : La charte des auteurs et illustrateurs

Présentation de l’illustrateur

Ronan Badel est né le 17 janvier 1972 à Auray en Bretagne. Diplômé des Arts décoratifs de Strasbourg, il s’oriente vers l’édition jeunesse comme auteur et illustrateur. Il publie son premier ouvrage aux éditions du Seuil jeunesse en 1998. Après plusieurs années à Paris où il enseigne l’illustration dans une école d’art, il retourne s’installer en Bretagne pour se consacrer à la création d’albums jeunesse. En 2006 il publie sa première bande dessinée Petit Sapiens dont il signe les textes et les dessins.

Source : Ricochet

Caractéristiques du texte et des illustrations

L’album est organisé autour de larges illustrations (pleine page pour un grand nombre ou 2/3 de pages) qui accentuent la dimension « enfantine » d’Astor face au monde : c’est encore un « petit »même si les adultes doutent de son statut d’enfant. Les illustrations jouent sur le décalage des adultes qui cherchent à le faire entrer dans une norme coûte que coûte et avec beaucoup d’énergie (ex : les objets de mesure, le déferlement de bonbons…) et l’attitude stoïque d’Alstor face à ces situations (ex : l’agitation du professeur dans les activités « enfantines »).

La longueur du texte selon les pages dit de l’état d’Alstor : des pages avec deux phrases seulement disent sa tranquillité, son bien être (en tout début et fin d’album) ou son questionnement personnel. La partie narrative du récit, plus développée, avec les dialogues entre Alstor et les adultes de la commission, montrent l’empressement et l’inquiétude de ces derniers à le faire entrer dans leur norme.

Une large part est donné au lexique des émotions et des attitudes des personnages : être désolé, frissonner, grogner, souffler, l’air contrarié, être déterminé, se décourager…. On peut également opposer un certain nombre de situations ou d’attitudes qui montrent l’opposition des points de vue des protagonistes : « le professeur se décourage »/ « Astor commence à s’ennuyer » ; « Mange : ordonne le professeur »/ « Astor prend le temps » ; « le professeur est furieux »/ « il aimerait observer les oiseaux »…

Pistes de réflexion et d’échanges possibles

Cet album incite à réfléchir à :

- L’enfermement des personnes dans des préjugés. Ici ce sont des préjugés sur ce qui devrait déterminer l’état d’enfance (manger des bonbons, s’agiter, faire des bêtises…). L’histoire d’Alstor permet de réfléchir aux particularités de chacun qui font nos richesses et nos différences quel que soit l’âge de la personne (thème de l’album).

 

- Ce qui caractérise ou non un groupe ; ce qui fait la singularité ou le commun entre des personnes, des objets (catégorisation).

 

- Ce qui nous anime et nous passionne. Ce que représente la passion de quelque chose, ce qu’elle apporte au bien-être, à l’estime de soi de la personne (satisfaction, sérénité, enthousiasme…) et de ce fait la multiplicité de ces possibles selon les individus.

 

- L’humour et la caricature (plus par les mots que par l’image) ou l’absurdité de certaines situations (ex : ici, vouloir définir ce que doit être un comportement d’enfant).

 

Liens vers d’autres albums :

- Vive la danse ! de Didier Lévy et Magali Le Huche

- Les yeux d’Alix, de Gwénola Morizur et Fanny Brulon

- Tous pareils !, d’Edouard Manceau